Définition éloquence

Je me souviens de cette conversation, récente d’ailleurs, au cours laquelle j’étais à un pas de me laisser convaincre que l’éloquence n’était d’aucune utilité. Le mot « Éloquence » fait partie de cette classe de mots employés presque toujours abusivement, tant il est des confusions, des égarements, des amalgames à ce sujet.

Je ressors de cette discussion une phrase qui m’a été soumise: « Être éloquent, ça ne sert pas à grand chose…l’essentiel c’est le fond du message« .

Ce à quoi je répondrai Oui et Non. Ou plutôt Non et Oui, si je devais m’en tenir à l’ordre. Au premier abord, cette affirmation semble avoir tout son sens, pourtant en s’y étendant d’avantage on parvient à déceler une incohérence particulière entre la première et la deuxième partie de la phrase.

L’éloquence ne sert pas à grand chose?

Pour beaucoup, l’éloquence serait la faculté à employer des mots sortis tout droit de Vénus ( rien à voir avec le fameux dicton…). Ce qui est à la base des usages abusifs qui finissent parfois par produire l’effet inverse: rebuter, dissuader, désintéresser plutôt que séduire, persuader, inspirer. L’éloquence, ce n’est pas pas tant d’avoir un vocabulaire étendu ou la connaissance des derniers mots à la mode.


Bien sûr que c’est agréable de revendiquer un vocabulaire aussi riche. Ça n’en reste pas moins honorable. À condition, évidemment de ne pas mésestimer le plus important. Car comme diraient certains: « il ne faut pas mettre l’agréable avant l’utile« . Enfin, à quelques mots près ?…

Et si l’on devait faire le parallèle avec la musique, une telle personne serait comparable à quelqu’un ayant une tessiture de 4, voire 5 octaves mais qui chante résolument faux. À l’inverse, il y a cet autre individu ayant une tessiture on ne peut plus ordinaire, mais qui sait exploiter au mieux son potentiel vocal et dispose d’une parfaite maitrise de sa voix. Lequel, d’après vous sera plus éloquent de part ses prestations vocales?

Alors c’est quoi, être éloquent?
Et bien, être éloquent, c’est bien communiquer.

Alors, demandez-vous: est-ce important de bien communiquer »?

Vous me répondrez que Oui, à moins que vous ne veniez de Mars (au sens propre…)

Quelques fois, on essaie de répondre à une question, on sent que la réponse est coincée juste là, probablement entre nos orteils et les nuages… Conséquence: on se perd dans les idées, on tourne en rond pour finalement ne rien répondre ou au mieux être aussi incongru que le politique auquel tu penses…Oui, c’est de lui que je parle. Encore que lui, le faisant exprès, c’est un autre sujet.

L’éloquence consiste à aller droit au but, à communiquer clairement son message usant du minimum de mots possibles (cet article est une exception ?).

Les personnes éloquentes ont une voix calme, audible, engageante et utilisent un langage susceptible d’être compris par toutes les personnes impliquées dans la conversation.

En lisant différents témoignages de conferenciers célèbres, on se rend bien vite compte que l’éloquence n’a rien d’inné, que pour la moitié d’entre eux la communication orale était au départ une véritable faiblesse et que rien ne les prédisposait à d’aussi grandes carrières.

Ils ont dû tous travailler les fondements de l’art oratoire, développer des compétences spécifiques, leur permettant d’acquérir de l’éloquence. Ces compétences associées les unes aux autres donnent à ces personnes ordinaires, un charisme, une aura, une influence éclatantes. Et l’auditeur, ébloui d’emblée, est plus à même de se laisser convaincre.

En effet, avoir de l’éloquence c’est

Savoir articuler

Les personnes éloquentes savent articuler. Leur discours est bien formulé, clair et sonne comme si elles disaient avec leurs mots ce qu’elles concevaient réellement de dire, et cela impliquant de bannir la moindre once d’incongruté.
Souvent les gens disent « je le sais, mais c’est dur de l’expliquer avec des mots…« .

Certains savants se sont penchés sur la question et ont fini par conclure que « si vous ne pouvez pas le mettre en mots, c’est que vous ne le connaissez tout simplement pas« .

Ça peut paraître brutal, mais en fin de compte, dans ce monde, quoique vous puissiez prétendre, les gens ont besoin de preuves…Dur mais vrai. D’après la conclusion desdits savants on pourra advenir au fait qu’il est possible d’être éloquent sur un sujet et de ne pas l’être sur un autre.

Une bonne articulation implique également d’avoir un vocabulaire étendu (on allait y venir…) et adapté à la situation. Les mots que vous utilisez donnent des informations sur votre intelligence, votre environnement socioéconomique, votre niveau d’études, etc.

Parler couramment

Les personnes qui ont de l’éloquence ont une habileté épatante. Les mots leur viennent facilement et coulent d’un naturel frappant, sans qu’ils n’aient à fournir d’efforts. Dans leur discours, il y a peu ou pas de termes superflus comme « ah, ok, tu sais, tu vois, après, voilà (je passe le bonjour à nos chers footballeurs ?), etc. Ce genre d’usage ayant pour défaut d’entraver la communication directe.

Lorsqu’elles parlent, on remarque de suite que les mots sont précédés par la pensée, dont ils sont le fruit. Elles ont une extraordinaire faculté à s’adapter à la condition et à la nature de leurs interlocuteurs et savent faire usage du temps.

Être courtois

Il existe d’autres formules de politesse que « s’il vous plait », et « merci » susceptibles de vous révéler comme étant quelqu’un de respectueux. Il suffit de chercher, vous les trouverez. Une personne ayant des manières gracieuses montre le respect et la sensibilité aux autres. Elle mesure à chaque fois, l’impact que pourrait avoir ses mots sur ses interlocuteurs. Être éloquent, c’est aussi savoir tenir compte de l’opinion des autres. C’est éviter d’être brusque, de monopoliser la parole.

N’oubliez pas, Tout le monde doit savoir communiquer, et mieux sera la qualité de votre communication, mieux sera vôtre vie.
La communication est la clé de vôtre réussite dans les relations, sur le lieu de travail, en tant que citoyen de vôtre pays. Communiquer c’est échanger en savoir, en connaissance.
Et la connaissance, le savoir en question, vous pouvez l’acquérir d’où vous veniez. Vous pouvez acquérir de l’expertise, de l’éloquence, vous affirmer sachant et savant, que vous soyez de Marseille, de Toumbouctou ou d’Auckland.

Mais pour cela, il va falloir être curieux, vouloir en savoir toujours plus sur ce que vous savez déjà (je ne vous demande pas d’aller espionner les gens…). Et cela arrivera uniquement si vous acceptez humblement le fait que vous ne sachiez pas.

Car la compréhension précède l’éloquence, la curiosité précède la compréhension, la conscience de son manque de conscience précède la curiosité et l’humilité précède la conscience de son manque de conscience.
Alors, la prochaine fois que l’on vous demandera c’est quoi l’éloquence, vous répondrez que l’éloquence est la capacité à bien communiquer. Et s’ils vous demandent « ça veut dire quoi, bien communiquer », répondez leur que bien communiquer c’est communiquer de façon claire, concise et efficace.